mardi 3 janvier 2017

Sur place ou à emporter ?


La cabane à graines, c'est un peu comme un Mac Do suspendu : chacun y consomme à sa convenance, ou selon les exigences de sa race. Les chardonnerets, de plus en plus nombreux à mesure que l'hiver gagne en intensité, sont adeptes du “sur place” : quand l'un arrive à la mangeoire, tel celui de la photographie, on peut être sûr, si rien ne vient le perturber, qu'il ne quittera pas la place avant d'être rassasié. Les mésanges, par contre, aussi bien charbonnières que bleues (une de chaque sorte sur la photo) pratiquent un “à emporter” de stricte observance : elles arrivent, se posent, piquent rapidement une graine de tournesol et s'envolent pour aller banqueter plus loin ; certaines se contentent de monter dans le cerisier de deux ou trois branches, d'autres disparaissent dans le verger des voisins ; avant de revenir une minute plus tard quérir une nouvelle graine : un repas très physique, comme on voit. Il y a aussi ceux que l'on pourrait appeler les miséreux – moineaux, pinsons, rouge-gorge essentiellement –, qui se contentent de picorer les graines tombées au pied de l'arbre, sans jamais oser s'inviter au restaurant lui-même : ils “font” les poubelles du fast-food, en quelque sorte. Heureusement pour eux, le gâchis est d'importance, notamment grâce aux verdiers.

J'ai déjà évoqué ici même ces oiseaux qui ne se déplacent qu'en bande et que nous avons surnommés les cailleras, pour ce qu'ils passent plus de temps à s'empêcher les uns les autres d'accéder à la mangeoire qu'à se nourrir ; résultat prévisible de leurs incessantes chicanes : ils font tomber force graines par terre, dont profitent nos miséreux. L'ardeur des verdiers à se battre entre eux, jointe au fait qu'ils semblent néanmoins inséparables et toujours prêts à s'allier contre les mésanges et les chardonnerets, tout ce modus vivendi nous a conduits à l'hypothèse que, peut-être, comme chez certains mammifères affligés de bipédie, il y aurait des verdiers chi'ites et des verdiers sunnites, ce qui expliquerait l'ambiance particulière qu'ils instaurent dès qu'ils arrivent. Nous formons régulièrement des vœux pour qu'il n'existe pas de verdiers salafistes, car l'idée de voir le jardin parcouru en tous sens par de petites bombes volantes n'a rien de rassurant.

Il faudrait aussi parler des merles et de leurs merlettes, chez qui l'ornitho-féminisme ne semble pas encore avoir répandu ses bienfaits ; mais on verra une prochaine fois : pour l'heure, ma propre mangeoire m'attend pour y casser une petite graine.

37 commentaires:

  1. Et moi qui vous croyais occupé à écrire la nécro de la reine d'Angleterre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais elle n'est pas morte ! (Enfin, je crois…)

      Supprimer
  2. C'est plein de morale cette histoire !
    M'enfin tant que personne ne chie dans le plat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En revanche, ils ne se privent pas de marcher dedans.

      Supprimer
  3. Le vivre-ensemble à l'exemple des oiseaux. Sympa!

    Et quid de ceux qui viennent juste prendre un ver(re)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a ! Car on a également prévu deux abreuvoirs (dont l'eau gèle toutes les nuits en ce moment, et qu'il faut donc arroser d'eau chaude le matin), fréquentés principalement par les mésanges, lesquelles s'en servent aussi de baignoires.

      Supprimer
    2. Ah, ces oiseaux qui se baignent dans leur verre... aucune tenue! ;-)

      Supprimer
  4. Grande nouvelle : j'ai naguère aperçu le premier chardonneret depuis des années. Malheureusement, comme j'oublie d'acheter des sacs de graines, l'expérience ne s'est pas renouvelée.Demain, j'en achète. Ou après-demain. Enfin, bientôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Règle à observer impérativement : si vous commencez à nourrir les oiseaux, il faut ensuite le faire sérieusement, c'est-à-dire que votre cabane à graines soit toujours garnie. Mais pas de repas intermittents ! Ce qui risque d'être difficile pour vous, l'éternel vagabond normando-corrézien…

      Supprimer
  5. PS : Merci pour ce talentueux constat des mœurs aviaires.

    RépondreSupprimer
  6. Vous n'avez plus votre collaboration avec cette revue animalière ? ça ferait une charmante chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était pas une revue animalière, mais la "page animaux" de Détective.

      Supprimer
  7. Les chardonnerets sont d'excellents chanteurs que des gougnafiers dénichaient (j'espère que mon passé n'est plus un présent) pour les mettre en cage et les vendre sous le manteau au marché aux oiseaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Durant mon enfance, j'ai toujours vu des chardonnerets (et d'autres) dans la cuisine de mes grands-parents maternels. Mais mon grand-père allait les chercher lui-même au nid. Et il n'en faisait pas commerce.

      Supprimer
  8. Faites attention à la concurrence, LIDL serait capable de venir pour installer une mangeoire à son enseigne.

    RépondreSupprimer
  9. ..."Puis il envoie les administrés au diable ;
    et la Muse des comices agricoles n’a plus qu’à se voiler la face.
    Voile-toi la face, à Muse des comices agricoles !..

    Lorsque, au bout d’une heure, les gens de la sous-préfecture, inquiets de leur maître,
    sont entrés dans le petit bois, ils ont vu un spectacle qui les a fait reculer d’horreur...
    M. le sous-préfet était couché sur le ventre, dans l’herbe, débraillé comme un bohème. Il avait mis son habit bas ;

    ... et, tout en mâchonnant des violettes, M. le sous-préfet faisait des vers."

    Voilà à qui vous me faites penser 🙂

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je me mettais à faire des vers, les oiseaux viendraient sans doute me les bouffer !

      Supprimer
  10. " chacun y consomme à sa convenance, ou selon les exigences de sa race."

    Oui, c'est bien un blog réac, finalement !

    RépondreSupprimer
  11. Comme si la démonstration n'avait jamais existé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, le second degré passe mal, sur les forums de discussions...

      Supprimer
    2. Ce doit être pour cela qu'on a inventé les "smileys"…

      Supprimer
  12. https://www.youtube.com/watch?v=fr-IJ5FURp0

    RépondreSupprimer
  13. Jolie chronique du nouvel an, qui a en outre l'avantage de nous démontrer que l'auteur cynique et impitoyable que vous aimez jouer n'existe pas. Vous êtes en réalité un gentleman débonnaire, grand observateur de la nature et bon avec les bêtes... merci pour tout cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais semblant d'être bon et débonnaire : c'est en quoi je suis réellement cynique.

      Supprimer
  14. Et pendant que vous nous faites de la poésie sur les chardonnerets à qui pas grand monde ne veut du mal, vous laissez aux seuls Helvètes le soin d'élaborer une loi qui empêcherait tout ce qui cuisine pour les grands de ce monde, d'ébouillanter les homards !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que, chaque fois qu'il m'est arrivé de manger un homard, j'ai toujours évité de penser à ce qui lui était arrivé juste avant d'atterrir dans mon assiette…

      Supprimer
    2. La prochaine bataille, ce sera celle contre les sadiques qui font dégorger les escargots.

      Supprimer
    3. Si vous étiez comme moi tranquillement végétariens, tous ces tourments vous seraient épargnés...

      Supprimer
  15. Ce sont les Gypaetes barbus qui sont salafistes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, ils sont trop gros pour accéder au "chalet", comme le nomme Fredi Maque ci-dessous !

      Supprimer
    2. Mais ils portent de plus grosses bombes... gare à la Case!

      Oncle Pluton

      Supprimer
  16. J'ai oublié de dire que leur petit chalet était bien coquet...

    RépondreSupprimer
  17. Le Y dans « ornytho-féminisme » n'a pas été remplacé par un I ?
    Personne ne l'a signalé ?

    RépondreSupprimer
  18. Pour moi ce sera une boîte de 9 Ortolans Mc Nuggets !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.