mercredi 15 février 2017

Pour Alexandre Dumas, changez à Port-Royal


Restons un moment avec Sainte-Beuve, voulez-vous ? Me voilà rendu à près de six cents pages de son Port-Royal : lecture parfois ennuyeuse, au moins pour moi, notamment lorsqu'il disserte sur les épais volumes écrits et publiés par ses grands fâcheux, mais beaucoup plus intéressante lorsqu'il retrouve le déroulé de l'histoire, parsemé de portraits et même d'anecdotes, dont certaines fort savoureuses.

C'est le cas lorsque apparaît – à la page 400 très précisément –, pour un bref tour de piste, M. de La Petitière. Si l'on en croit Pierre Thomas Du Fossé, l'un des illustres solitaires de la maison, ce gentilhomme poitevin passait pour la meilleure épée de France, au point que Richelieu aimait l'avoir à son côté pour assurer sa sécurité ; bretteur sanguin aux yeux de feu, toujours prêt à se lancer dans les plus folles équipées, aimant chercher et vider querelles, etc. Or, le voici un jour touché par la grâce du repentir, décidé à s'abîmer dans la solitude et la prière “pour se punir à proportion de ses crimes et pour s'humilier à proportion de son orgueil”, précise dans ses mémoires le jeune Du Fossé. La Petitière est le héros d'une saynète contée par un autre contemporain, le père Rapin :

« Il étoit si vaillant que menant un jour l'âne du monastère au moulin, au retour son âne et sa farine furent pris par trois soldats, dont la campagne étoit alors infestée pendant la seconde guerre de Paris. Comme il fut de retour au logis, on lui demanda comment il s'étoit laissé dévaliser de la sorte : “Est-il permis de se défendre à un chrétien dans notre morale ?” dit-il. – “Pourquoi non ?” lui répondit-on. À même temps il prend un bâton à deux bouts, qu'il trouva par hasard en son chemin, court après les soldats qui l'avoient volé, les désarme et les amène les poings liés derrière le dos à Port-Royal où, les ayant conduits à l'église pour faire amende honorable devant le Saint-Sacrement, il leur fit une espèce de réprimande charitable mêlée d'instruction et les renvoya avec une aumône. »

Est-ce qu'on ne se croirait pas au cœur d'un roman de Dumas ? C'est qu'il y a du mousquetaire, dans ce La Petitière, et même de trois ! On lui voit l'impétuosité un peu brouillonne du jeune d'Artagnan, quand il s'agit de rattraper et maîtriser ses voleurs ; la naïveté enfantine de Porthos (“Comment ? On a le droit de se défendre ? Ah, morbleu, j'y cours !”) ; et l'équanimité dans le pardon et la largesse d'un Athos, plutôt celui de Vingt ans après que du roman initial. Finalement, le seul qui paraisse n'avoir prêté aucun trait à notre moine batailleur c'est Aramis, bien qu'il fût le seul d'Église.

Puis, lorsque Dumas s'éloigne et que commencent à me fatiguer un peu les tristes figures de la vallée de Chevreuse, je cingle vers l'Orient compliqué mais savoureux, en compagnie de Panaït Istrati. J'ai ainsi des matinées toutes de pénitence et des après-midi d'échoppes.

7 commentaires:

  1. Là, on se gratte la tête ! Notre République explose, vous n'en avez cure ! Ce que vous cherchez, c'est - inlassablement et malgré les sacrifices que cela requiert - à dresser le portrait d'un OLNI de ce début de siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quel “début de siècle” parlez-vous ? Sinon, effectivement, j'essaie d'appliquer le précepte de Maurice Barrès : En période de crise, se replier sur ses minima.

      Supprimer
  2. Quelle touchante petite fable, on croirait une de ces édifiantes anecdotes bouddhistes à propos de saints qui ne le furent pas toujours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la trouve, quant à moi, plus roborative que touchante.

      Supprimer
  3. Il y a dans une chanson de geste, Le Moniage Guillaume (histoire d'un comte des temps carolingiens devenu moine sur ses vieux jours, le fondateur de St-Guilhem du Désert), une anecdote très semblable à celle que vous rapportez. A la petite différence près que Guillaume arrache la patte de son âne et s'en sert comme d'un gourdin contre les malandrins, avant de la ressouder à l'âne par miracle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore plus fort : Samson, qui tua mille Philistins avec une mâchoire d'âne trouvée là par hasard !

      Supprimer
  4. Son caractère me fait penser à celui d'Ange Pitou, tout au moins pour ce qu'il en paraît à travers ces quelques lignes.
    Mais je suis d'accord avec vous, il pourrait être un personnage sorti des romans de Dumas.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.