lundi 27 mars 2017

Eça de Queiroz : Flaubert ascendant Balzac


Serait-il exagéré de définir José Maria Eça de Queiroz comme un “écrivain français de nationalité portugaise” ? Sans doute, oui ; ne serait-ce que parce qu'il écrivait dans sa langue maternelle et non dans la mienne. Néanmoins, lorsqu'on lit La Capitale, que ce contemporain presque parfait de Zola écrivit à la fin des années soixante-dix, on a réellement l'impression de lire un roman français, avec toutefois un certain sentiment d'étrangeté diffuse, comme si une bizarrerie presque onirique s'était glissée là, subrepticement. C'est que La Capitale, de par son sujet, son déroulement, les milieux dans lesquels évolue l'histoire, lorgne de façon explicite du côté des Illusions perdues balzaciennes (du reste, Eça de Queiroz fait explicitement référence à Balzac plusieurs fois dans le livre) ; mais, en même temps, le lecteur s'aperçoit tout de suite, avant même qu'Artur Corvelo, ce “grand homme de province” ne monte à Lisbonne (est-ce que les provinciaux portugais montent à Lisbonne comme les Lorrain ou les Gascons montent à Paris ?), que ces Illusions perdues lusitaniennes ont été vidées de leurs personnages  balzaciens pour être remplacés par ceux de l'Éducation sentimentale de Flaubert, Lucien Chardon s'est mué en Frédéric Moreau, avec tous les rétrécissements que cela entraîne, de même que les autres protagonistes se sont eux aussi débalzacisés et flaubertisés. Du reste, si l'histoire doit beaucoup à Balzac, le style, lui, penche très nettement du côté de Flaubert ; au point que, souvent, il faut aller vérifier le nom de l'auteur sur la couverture pour être bien sûr qu'on est à Lisbonne et non à Paris ou à Yonville. Exemple de phrase parfaitement flaubertienne – mais je pourrais en citer cent autres (c'est moi qui souligne) : « Il mangeait d'un appétit tout provincial et les noms français des plats les lui faisaient trouver meilleurs. » Ou encore ce début de paragraphe : « Le Moyen Âge l'enthousiasma, avec ses cathédrales et ses monastères, et le Rhin gothique avec ses châteaux d'héroïques burgraves dressés sur des pitons rocheux ; l'Orient l'enchanta, avec ses cités hérissées de minarets où se posent les cigognes, les caravanes dans le désert, les jardins des sérails où soupire, en même temps que le murmure de l'eau, la passion musulmane ; puis il fut attiré par la Renaissance italienne, ses galants Décaméron et la pompe de ses papes, etc. » ; on croit voir se dérouler une des rêveries frelatées et sans prise sur rien d'Emma Bovary.

Pour autant, le Portugais n'est pas le vil imitateur de ses prédécesseurs français (pour qui il ne s'est jamais caché d'avoir une très grande admiration). Il fait preuve presque tout le temps d'un humour légèrement teinté de cynisme qui le ferait plutôt pencher du côté de Dickens, mais avec un ton bien à lui, moins “bon enfant” que celui de l'Anglais. Il peut même lui arriver d'annoncer, de préfigurer des livres encore dans les limbes. Ainsi cette phrase : « Il s'extasia devant l'illustre Fonseca qui, dans son horreur pour les expressions vulgaires, commandait un bifteck chez Carneiro en s'écriant : “Apportez-moi un lambeau du vieil Apis préparé selon les formules du progrès !” » Est-ce qu'on n'a pas, soudain, l'impression que vient de se mettre à parler le Bloch de Proust ? De même, lorsque le personnage du journaliste parasite et exploiteur de gogos (son nom est en train de m'échapper) s'exclame “Tout pour les amis, tout !”, est-ce qu'on n'entend pas déjà monsieur Verdurin ?

À ce stade de mes ratiocinations, il est temps d'avouer que je n'ai encore lu que 230 pages sur 500, et que la suite du roman va peut-être m'infliger, ce jour ou demain, de sévères démentis.

13 commentaires:

  1. Bon d'accord, Eça de Queiroz avait lu Balzac et Flaubert. Mais qui nous dit que Proust n'avait pas lu Eça de Queiroz ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est une autre affaire ! Je ne me souviens pas qu'il en ait jamais parlé, mais je ne suis pas une encyclopédie non plus…

      Supprimer
    2. Une encyclopédie à trous, alors. Du genre : filet de pêche…

      Supprimer
  2. Vos lectures portugaises me rappellent une anecdote qui nous était arrivé voyageant, ma belle et moi, au Portugal il y a quelques années. Montant dans un train à Porto en direction de Figueira da Foz (de mémoire), ma compagne avise quelques places restées libres mais où une dame avait pris ses aises : boite à chapeau sur un siège, vêtements divers sur un autre. Ma belle, se pensant en terre étrangère, maugrée et prononce ces mots peu aimables :
    - elle a réservé tout le compartiment pour elle celle-là ?
    Le train part et quelques temps après la dame se tourne vers elle :
    - vous êtes Français ? Je connais bien la France : j'y ai vécu et ma fille est professeur de Français à Nantes.
    Je voyais le visage de ma belle s’empourprer à vue d'oeil.
    Et oui : les Portugais sont tous plus ou moins un peu français, comme ce José Maria Eça de Queiroz !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe !
      Il y a bien des fautes dans ce commentaire !

      Supprimer
    2. Si vous étiez un galant homme, vous auriez choisi de ne pas publier cette bonne histoire plutôt que d'humilier votre Belle devant tout le web littéraire (et francophone)...

      Supprimer
    3. Ne dramatisez pas Barbara : elle s'en remettra.
      Et puis galant homme je crois l'être, malgré tout.

      Supprimer
  3. C'était l'époque où tous les Portugais cultivés avaient une culture avant tout française, et cela a duré jusqu'aux années 1960-70; aujourd'hui, c'est fini : les Portugais qui parlent français sont surtout maçons ou carreleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. … lesquels, par ailleurs, sont souvent bien plus utiles que les écrivains. Notamment quand on désire une salle de bains neuve.

      Supprimer
    2. C'était l'époque où tous les Portugais cultivés avaient une culture avant tout française

      Toute l'Europe était dans ce cas. De Saint-Pétersbourg à Faro.
      C'est assez dire notre effondrement.

      Supprimer
    3. Vous exagérez ! La langue française rayonne encore aujourd’hui de tout le prestige de ses ambassadeurs.

      Supprimer
  4. Il y a aussi l'intermédiation du traducteur qui joue, un traducteur pétri de littérature qui s'est peut-être plongé dans les œuvres d'auteurs contemporains de ce Portugais avant de se lancer dans la traduction.
    Intertextualité inextricable...

    « son nom est en train de m'échapper » : je me garderai de faire de la psychologie de comptoir...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.