jeudi 9 mars 2017

Les retraités en goguette ultravosgienne


À partir de la fin de cet après-midi, jeudi, ayant quitté la Normandie avant l'aurore aux doigts de rose, nous nous trouverons dans ce village alsacien dont je vous laisse déterminer le nom. Pour indice : nous serons logés en l'auberge ci-dessous.

 

Vendredi en fin de journée, après avoir été faire, à Colmar, notre révérence au retable d'Issenheim, nous rallierons plus au nord la ville à la cathédrale manchote, et plus précisément certaine charmante petite place de Schiltigheim, (baissez un peu les yeux et la découvrez) où nous attendent un couple d'amis historiques ainsi que, je me plais à l'imaginer, quelques flacons de breuvage local.


Vous pouvez toujours laisser vos commentaires, mais sachez qu'ils ne seront probablement pas validés avant dimanche, journée du retour. D'ici là, je demanderai aux éventuels cambrioleurs de faire bien attention, en repartant, à ne pas enfermer Golo à l'intérieur, où il se retrouverait privé de nourriture. Je leur conseille aussi de se méfier du voisin d'en face, très observateur et lourdement armé.

23 commentaires:

  1. Ribeauvillé. Je séjournais dans ce même hôtel, il y a quelques années.

    RépondreSupprimer
  2. Bon séjour à Kaysersberg et abusez du Riesling braves gens
    Le voisin de L'Alsacienne.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    je parie pour Riquewihr! Pleins de bonnes choses à déguster, une boutique de déco de Noël hors du commun, et le retable d'Issenheim à Colmar est une œuvre magnifique. Bon séjour en Alsace.

    Bertrand

    RépondreSupprimer
  4. Vous n'avez pas de chatière ?
    bon séjour en Alsace ! La "Vierge au buisson de roses" de la cathédrale de Colmar est également une splendeur

    RépondreSupprimer
  5. Ah la place Kleber...
    Vous me direz si le palais de la bière existe toujours, j'y ai quelques souvenirs !
    La Petite France, la volerie des aigles je ne sais plus où... je ne connais pas Colmar mais Strasbourg quelle ville ! J'y ai vécu quelques mois jadis.

    RépondreSupprimer
  6. Le Chambard à Kaysersberg. Sympa..

    RépondreSupprimer
  7. Combien de bouteilles de riesling, en quatre jours ? Et combien de points de votre permis de conduire perdus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! cher Docteur, toujours le mot pour rire...

      Supprimer
  8. Ceux qui ont répondu autre chose que Kaysersberg ont perdu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'admire l'assurance de certain qui non seulement a reconnu la ville, mais encore a assuré avoir séjourné "dans ce même hôtel" !

      Supprimer
  9. Le pinot gris est bien meilleur que le riesling, je trouve...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que nous avons bu jeudi soir, au Chambard.

      Supprimer
  10. Et moi je viens trop tard ! J'avais reconnu la photo, tant pis.

    Bon séjour à vous deux dans cette jolie bourgade !
    Vous aurez peut-être une pensée pour le bon docteur Schweitzer; ne disait-il pas que " le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. “Ce vieil escroc”, comme l'appelait Sartre, qui n'avait guère le sens de la famille.

      Supprimer
    2. Le bon docteur Schweitzer voyait souvent double, car il était porté sur la dive bouteille (j'ignore si c'était du riesling).

      Morvan Lebesque, du Canard, racontait comment il avait dîné avec lui à Lambaréné, et qu'au moment de la photo, il avait planqué les bouteilles sous la table, en expliquant que les associations, surtout religieuses, qui lui envoyaient des dons n'auraient pas apprécié de voir ça.

      Supprimer
    3. Voilà qui le rend tout de suite plus sympathique…

      Supprimer
    4. A propos de vin, c'est en Alsace je crois que l'on trouve encore des bouteilles de blanc commercialisées en bouteilles d'un litres. C'est bon à savoir pour les soirées de grande sécheresse, d'autant que si ma mémoire est bonne c'est un vin assez léger, un vin de soif.

      Supprimer
    5. En effet ! J'ignorais ce trait du docteur. Mais c'est vrai que du coup on le regarde d'un autre oeil. et puis Sartre devait surement à cet oncle le goût de la dive bouteille.
      Lui à qui, sur la fin, on devait cacher les bouteilles de peur qu'il roule sous la table comme cela lui arrivait souvent.

      Alors ce voyage, y avez-vous trouvé de l'agrément ? Je suppose que ce sera l'objet d'un billet.

      Supprimer
    6. Il faudra attendre fin avril, et la publication du journal de mars…

      Supprimer
  11. Réponses
    1. ...et qui n'a pas laissé à la maison sa Pénélope pour terminer son travail d'assistante.

      Supprimer
  12. En ce qui me concerne je parlais de la seconde photo évidemment.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.