mercredi 7 juin 2017

L'abstentiomètre au maximum


Dimanche prochain, je ne sortirai pas de chez moi ; sauf si on a oublié de remonter suffisamment de pain samedi, mais ça m'étonnerait. Je me contenterai de cuver gentiment le vin que j'aurai bu la veille, au déjeuner, avec l'ami Rémi, et me tiendrai éloigné de l'urne ; et de même ferai-je le dimanche suivant, si toutefois, comme il est possible, nous ne sommes pas affligé de notre prochain député dès le premier tour.

Principal candidat en lice : Bruno Le Maire, nanti des trois anti-handicaps suivants : il est le député sortant, il est porté par la vague “En marche”, il est ministre. Il sera donc facilement réélu sans moi ; ce qui tombe à merveille, dans la mesure où je ne puis me résoudre à accorder ma voix à ce monsieur, et pas davantage à voter contre lui, par une sorte de souci de cohérence, n'estimant pas bon que le nouveau président n'ait pas une majorité à sa disposition. De toute façon, même si je voulais lui barrer la route avec mes petits bras aux muscles fatigués, il n'est pas un candidat, pas un parti pour lesquels je puisse voter.

À moins… À moins d'opter pour une posture résolument surréaliste, en accordant ma voix au Parti Égalité Justice, dont le candidat et son suppléant sont, chez nous, particulièrement attirants : Remzi Sekerci, 50 ans, et Papa Demba N'Diaye, 62 ans. Le premier se présente comme chef d'entreprise (sans plus de précision…), le second est “travailleur social” : une sorte de grand-frère, donc, ayant l'âge d'être grand-père. Le côté savoureux de cette doublette est que, si par hasard Remzi en venait à être élu, ses administrés – dont votre serviteur – se trouveraient représentés par un député dont il leur serait impossible d'écrire le nom, puisque celui-ci commence par un “S cédille”, lettre que, après avoir retourné mon clavier en tous sens, je ne suis pas parvenu à y trouver. [Rajout du 8 juin : ça y est, je sais :  Ş !]

La cerise sur le loukoum, c'est que ces gens ont poussé le raffinement jusqu'à installer la permanence ébroïcienne de leur micro-parti d'avenir (n'en doutons pas, hélas) rue Aimé-Césaire. Pour faire couleur locale, sans doute.

45 commentaires:

  1. Si Bruno Le Maire est toujours en bras de chemise, c'est parce que sa veste est trop usée à force de l'avoir retournée.
    Il ferait bien de prendre exemple sur François Baroin, qui, en l'espace de quelques semaines, a voulu être successivement premier ministre de Sarkozy (avant les primaires), puis de Fillon (après les primaires), puis de Macron (après les présidentielles, pour le contraindre à une cohabitation) : voilà un homme fidèle à ses convictions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. faut dire que Chirac gauchiste un jour gaulliste le lendemain libéral dans les années 80 pour redevenir gaulliste pour se faire élire puis enfin gaucho-centriste en fin de régne a donné l'exemple Bravo aussi a Sarkozy qui avait pris les masques de Le Pen et de Reagan pour mieux rejouer Chirac Les francais sont vraiment, mais vraiment c...

      Supprimer
  2. Maryata KONTÉ, Coumba DIOUKHANÉ, Minatou GRAIBIS, Sid-Ali FERROUK et Fataumata NIAKATE : voila des exemples de candidats chez vous. La dernière est pour Debout La France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les noms qui fleurent bon le terroir A part ca le remplacement de peuple n'est qu'un concept inventé par la fachosphère

      Supprimer
  3. Ah, mais c'est Remzi ŞEKERCİ avec un S cédille et un point sur le I majuscule. Là, je vois qui c'est.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comment le faites-vous, ce fucking S cédille ?

      Supprimer
    2. Moi vivant, jamais un clavier turc ne franchira le seuil de cette maison !

      Supprimer
    3. Sur PC, vous disposez d'une "table des caractères" avec toutes les lettres de différents alphabets européens et des signes mathématiques. Elle se trouve facilement avec l'explorateur. Sur Mac, je ne sais pas. DéŞolée

      Supprimer
    4. Allez le chercher dans la table de caractères des accessoires Windows, qui doit bien avoir son équivalent sous Mac. Même moi j'y arrive : Ş

      Supprimer
    5. Bon, je lâche le morceau: j'ai fait un copié-collé du patronyme dudit Şekerci à partir de son compte Touitteur rien que pour embêter Didier. On doit pouvoir y parvenir au moyen d'une combinaison de touches compliquées; j'ai naguère fait l'effort pour le Eszett allemand (ß) et autres joyeusetés du même tonneau, mais là j'ai eu la flemme de chercher. La Turquie, c'est trop loin.

      Supprimer
    6. Sur MAc c'est expliqué là https://www.youtips.com/les-caracteres-speciaux-sur-mac-os-x/ ; je ne peux pas vous le garantir, je n'ai pas de Mac

      Supprimer
    7. Enfin quelqu'un qui essaie de m'aider, au lieu de plastronner ou de ricaner bêtement !

      (Le lien.)

      Supprimer
    8. Putain d'Adèle ! Ça n'a pas l'air simple…

      Supprimer
  4. Avoir le privilège de pouvoir voter contre ce traître de comédie qu'est Lemaire et ne pas en profiter! Soyez raisonnable, il y a 17 autres candidats, l'un d'entre eux peut valoir le déplacement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyez un peu la liste des candidats, donnée ci-dessus par Nicolas…

      Supprimer
    2. Hé ho ! Des andouilles lyonnaises pourraient penser que je stigmatise ces candidats. Alors que je ne fais que vous stigmatiser.

      Supprimer
    3. Trop tard : je vous ai déjà dénoncé au chien de garde de la Croix-Rousse ! (Pardon : de la Croix-de-couleur.)

      Supprimer
  5. Vous n'avez pas un candidat de ce parti (qui n'est pas présent partout), spécialement conçu pour vous ? :

    https://lemuslimpost.com/parti-musulman-france-interview.html

    RépondreSupprimer
  6. Autre solution quand il vous manque un caractère. Vous cherchez sur le net le nom du monsieur. Vous le trouvez, avec son Ş. Vous trouvez aussi ses copains qui ont des ğ partout. Vous copiez, vous collez, et le tour est joué. Cela marche avec les russes, les arabes, les tibétains....

    RépondreSupprimer
  7. chez moi dans une petite bourgade charentaise, on est encore épargné par ce genre de problème, ce qui peut poser problème justement car beaucoup de mes semblables pensentencore que le principal souci pour l'avenir du pays est d'ordre économique et social Les attentats et l'insécurité, a part a la TV, on connait pas

    RépondreSupprimer
  8. Les politiques adorent les gens qui, comme vous, ne votent pas : cela fait grimper le pourcentage du vainqueur. Avec des raisonnements comme le vôtre, on peut imaginer une majorité à 577 élus REM sur 577, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est que je me fous bien de faire monter (ou d'ailleurs descendre) le pourcentage du vainqueur !

      Supprimer
    2. Dommage, car je vous avais dégoté une certaine Fabienne Delacour que n'aurait sans doute pas renié celui que vous appeliez naguère encore : "l'écrivain vivant le plus jouissif qu'il se puisse trouver" et à qui vous aviez consacré moult billets, et dont je doute qu'il soit d'accord avec les thèses immigrationnistes et multiculturalistes de Macron que vous vous apprêtez à favoriser par votre non-vote !

      Supprimer
  9. Vous avez aussi le Š (tilde ou tréma ou...?) c'est "Alt 0394". Je ne vois pas où placer ça dans une conversation, mais bon... on ne sait jamais..

    RépondreSupprimer
  10. Eh bien moi j'irai.
    Sans doute pour la dernière fois.
    Pour les prochaines je serai vieux, comme vous l’êtes aujourd'hui, et j'arroserai ces dimanche-là, si je le peux, mes chrysanthèmes.

    Monsieur mon passé
    voulez-vous passer

    RépondreSupprimer
  11. L’Empire du Bien a triomphé et il est trop tard pour le saboter. Mais il est encore temps de mal voter comme le firent récemment nos amis britanniques et américains, pour le seul plaisir d’entendre les grincements de la machine.

    RépondreSupprimer
  12. Et Nicolas ŞARKOCİ ? (c'etait juste pour essayer le Ş sur mac: j'y suis arrivé, mais en copier/collant sur Rupert. ça compte pas ?)
    Bec

    RépondreSupprimer
  13. J'ai pris la décision irrévocable de mépriser désormais tous les accents qui ne peuvent pas prouver qu'ils sont français au moins depuis Louis XIV. (À part le tilde espagnol, parce que je sais le faire, ñom de ñom !)

    RépondreSupprimer
  14. Cretinus Alpestris8 juin 2017 à 10:13

    Quand il faut choisir entre une feuille de laitue qui repose dans le frigidaire depuis cinq semaines ou un toast dont la surface beurrée vient de toucher le sol d'un quai de gare après une malencontreuse chute, on trouve subitement que l'abstention, finalement, c'est pas si mal.

    RépondreSupprimer
  15. Şăłőƥȩȑɨȩ đĕ ċłăǘȉęŗ đę ɯȩŗđē !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lieu de faire le malin, vous feriez mieux de me dire comment procéder !

      Supprimer
    2. Vous allez dans la fenêtre de recherche de l'explorateur de fichiers, vous tapez "accessoires windows" vous cliquez sur le premier résultat, vous cliquez sur "System tools" et apparaît la "table de caractères" où vous trouverez toutes les fantaisies diacritiques possibles. Vous cliquez sur celle qui vous plait, vous la copiez puis la collez. Simple comme bonjour !

      Supprimer
    3. Voilà Jacques qui se met au Chữ Quốc ngữ maintenant. On aura tout vu sur ce blog.

      Supprimer
  16. Que pour l'amour de la France éternelle, personne n'explique à Didier comment s'y prendre pour sacrifier à sa nouvelle marotte - juste au moment où il venait de prendre la "décision irrévocable" de la traiter par le mépris - avant qu'il n'ait juré et craché parterre qu'il était allé voter.
    La Patrie reconnaissante.

    RépondreSupprimer
  17. J'aime bien lire vos billets mais n'interviens jamais.
    Là si ça peut vous aider : https://www.youtips.com/raccourci-pour-changer-la-langue-du-clavier-du-mac/ .
    Dans ce cas, le S cédille correspond au ù.

    Dan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, quelqu'un qui me tire du bourbier ! Grand merci à vous !

      Supprimer
    2. Je viens même de remettre les accents toniques espagnols dans le billet précédent. (Mais je ne suis pas sûr d'avoir le courage d'aller "nettoyer" toutes les archives du blog…)

      J'ai bien hâte d'écrire un billet allemand où je pourrai évoquer une certaine rue en écrivant triomphalement straße

      Supprimer
    3. Certes mais dans ce cas, il vous aurait suffit d'utiliser dans word les caractères spéciaux ou plus prosaïquement, votre correcteur orthographique après avoir sélectionné la langue voulue.

      Supprimer
  18. Et quelle est "la première priorité" de Didier comme disent les journaleux, c'est d'écrire un billet en allemand !
    Il faut donc admettre comme l'écrit l'autre depuis des années déjà : "Ce pays est foutu" !

    RépondreSupprimer
  19. Voilà, n pauvre garçon venu en France chercher reconnaissance et il se fait stigmatiser par une bande de réactionnaires d'un autre âge.
    Ça sent les Croix de Feu, voire les Croix Fléchées.
    De toute façon, je n'irais pas à la votation sauf si mon épouse me menace de faire manger de l'escargot de mer.

    RépondreSupprimer
  20. Que d'articles à la verve enlevée et votre journal est tout aussi intéressant cependant, je suis intrigué par un point que je retrouve chez un grand nombre de concitoyens ayant gardé un peu de bon sens et d'amour de la civilisation. Comment peut-on avoir plusieurs ouvrages de Renaud Camus sur son ou ses étagères, écrire des articles sur ce blog que l'on peut qualifier de dernier cri d'amour ou premier désarroi tout en soulignant que l'on vote Fillon ou que l'on s'abstient comme s'il n'y avait pas de candidat FN dans votre circonscription. Certes, ce n'est pas toujours un vote d'adhésion d'autant qu'aux législatives les candidats proposés peuvent étonner mais c'est un vote de rejet. Pour ma part, même si je connais de très loin l'univers social d'un charcutier, je vais voter pour un de ces spécimens qui aura eu le cran (les autres catégories sociales semblent préférer l'odeur de la rose qui a poussé sur le fumier) de se présenter sous une étiquette que le système a eu le génie de rendre totalement nauséabonde par un matraquage bien senti. Alors, oui, le FN est à la fois un élément freinant et fédérateur pour la réaction mais ce n'est pas parce que l'on peut avoir des doutes légitimes concernant celui-ci (les dernières élections le confirment) que l'on doit tomber dans le panneau de la famille formidable et continuer à ce qu'elle nous pollue la vie, salisse tout par ses instincts de mort et nous force à aller vers l'abattoir en nous obligeant à porter la main sur le cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne m'est pas possible de voter pour le FN, en raison de son programme aberrant, hyper-étatique, qui ne se distingue guère de celui d'un Mélenchon. J'ai déjà dit que je pourrai éventuellement voter FN le jour où Marion Maréchal remplacera sa tante et virera ce nuisible de Philippot.

      Supprimer
    2. Non seulement, je suis totalement de votre avis mais je trouve le fait de ne pas nommer Marion Maréchal de son patronyme complet " Le Pen ", bien senti. Le principal frein repose dans l'accord tacite passé entre le système et la famille Le Pen... Cependant, sans bercer dans le prosélytisme et depuis le retrait de Villiers, j'ai tendance à voter plus contre que pour...

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.