vendredi 7 juillet 2017

Rêvons un peu pour faire passer les grosses chaleurs



À la fin du mois de septembre, ou au début du suivant, nous irons probablement passer quelques jours dans cet aimable pavillon de la grande banlieue clermontoise. Pourquoi une telle annonce, ridiculement prématurée ? Deux raisons : la première est que la vue de cette belle forêt auvergnate m'aidera peut-être à supporter avec davantage de patience le temps imbécilement méditerranéen qui règne depuis quelque semaines sur la Normandie ; la seconde est que j'en ai assez de tomber sur une face de député carnivore à chaque fois que j'ouvre ce blog. Le château de Codignat nous servira donc de cache-misère durant quelques jours.

22 commentaires:

  1. C'est affreux cette piscine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une piscine est toujours affreuse, en effet. Mais je ne sais pas me servir de photoshop et n'ai donc pas pu l'éliminer…

      Supprimer
    2. Néanmoins, je pense (et espère…) que le bouquet d'arbre entre eux d'eux permet de ne pas la voir de la maison : on vous dira ça cet automne…

      Supprimer
    3. J'ajoute que, si nous y allons réellement, ce sera hors période de vacances scolaires et en milieu de semaine, afin d'éviter autant que possible les cris joyeux des petits n'enfants s'ébattant dans ce rectangle d'azur et de chlore.

      Supprimer
    4. Aujourd'hui avec photoshop et avec le mauvais goût ambiant, la plupart de vos contemporains feraient disparaître le château…

      Supprimer
  2. Quand pour les gens qui ne sont rien, un clou chasse l'autre, pour vous, c'est un château qui chasse l'autre, et cela fait toute la différence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne se chassent pas : ils s'additionnent !

      Supprimer
  3. Le Capelin cuit doucement, présent dans la carte est assez alléchant : Croûte de rhubarbe, déclinaison de jeunes légumes printaniers et jus réduit au Tressaillier des Gravières (vin blanc d’Auvergne très convenable. A accompagner peut-être d'un Saint-Pourcin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu de mal à prononcer votre pseudonyme. Mais je vais y arriver, c'est sûr. Il suffit de s'entraîner et de se montrer tenace.

      Supprimer
    2. Si vous cliquez sur le lien, vous avez la solution : No identity page for opaque identifiers.

      Supprimer
    3. Vous constatez que lorsque j'écrivais hier que j'avais des problèmes d'identité en ce moment, je n'exagérais pas.
      Je ne sais pas ce qui s'est passé. Au moment de signer le message a filé tout seul avant même que j'ai pu valider mon nom.

      Supprimer
  4. C'est bien beau...
    A part la piscine en effet. Cette manie de creuser des trous qui ne servent à rien dix mois sur douze. Ou de goudronner la pelouse pour faire un court de tennis la plupart du temps déserté.

    RépondreSupprimer
  5. Avez-vous changé de protocole publication de message. Mon nom ne s'inscrit plus dans le choix offert. J'hésite entre les diverses options !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non, je n'ai rien fait du tout, moi…

      Supprimer
  6. Vous prenez de plus en plus plaisir à devenir châtelain. Pour la piscine, c'est vrai qu'elle est de trop, à mon avis. Ça fait un peu nouveau riche.

    RépondreSupprimer
  7. Je tiens à rassurer tout le monde : il est hors de question que je m'approche de cette réserve de chlore et de champignons cutanés à moins de cinquante mètres !

    RépondreSupprimer
  8. Je connais parfaitement ce château : l'apéritif est servi exclusivement à côté de la piscine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites ça pour me faire de la peine…

      Supprimer
    2. Plaît-il ? On n'a pas le droit de se torcher seul et désespéré dans chambre ?

      Supprimer
  9. C'est bien la peine d'habiter une maison de campagne pour passer son temps dans les Relais et Châteaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'exagérez pas : on doit y passer deux nuits quatre ou cinq fois par an…

      Supprimer
  10. La piscine aurait été acceptable, vue d'avion, si elle avait été peinte en vert sombre.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.