mercredi 16 août 2017

La longue marche des rhinocéros


Pendant ce temps, tout ce que nos pays en phase terminale comptent de joyeux progressistes s'est levé comme un seul homme pour s'alarmer du raz-de-marée nazi qui, dans une ville du sud des États-Unis, a tué… une personne. Ils sont tellement occupés, ces gentils nounours en guimauve, à reformer les cohortes sacrées pour aller combattre l'hydre, qu'ils n'ont plus une seconde à eux pour enregistrer les voitures qui, en France, foncent droit sur les devantures des cafés, en tuant un homme par-ci, une fillette par-là. Il est vrai que ces véhicules-là ne sont pas conduits par des gestapistes mais par de simples “déséquilibrés”, naturellement plus à plaindre qu'à blâmer. D'ailleurs, avec un minimum d'effort conceptuel, nos angéliques racaillolâtres, nos antifas clavioteurs devraient réussir à établir que si, chez nous, certains malheureux en sont réduits à foncer sur les terrasses de bistrots pare-choc en avant, c'est parce qu'ils ont été littéralement rendus fous de terreur par la remontée du nazisme américain : coup double gagnant. 

Face à leurs envolées avortées de poules caquetantes, dont chaque paragraphe est une insulte à l'intelligence, on perd jusqu'à l'envie d'argumenter, par exemple en faisant remarquer que rien ne serait arrivé à Charlottesville si les pressions conjuguées des gauchistes décervelés et des noirs vociférants (on pourra sans dommage inverser les deux adjectifs) n'avaient conduit au déboulonnage de cet enstatué remarquable que fut le général Lee ; et si, d'autre part, ces mêmes gauchistes décerférants et vocivelés, ne s'étaient pas lancés dans une “contre-manifestation” qui n'était rien d'autre qu'une invitation pressante à la baston générale. À quoi bon discuter, objecter, contredire ? Affronter la bêtise à front de taureau armé de la simple muleta du verbe, voilà qui allait bien quand on était jeune. Aujourd'hui, les taureaux s'étant faits rhinocéros, il nous reste le rire qui finira bien par dissoudre leur corne ; et à passer loin d'eux pour éviter de marcher dans leurs bouses.

42 commentaires:

  1. Ce billet devrait facilement obtenir plus de 50 commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous auriez pu commencer par en faire un.

      Supprimer
    2. C'était mon premier commentaire, et voici le deuxième.

      Supprimer
  2. Effectivement, face à la bêtise à front d’ange blanc, on renonce à toute argumentation. L’idéologie est par définition ce qui résiste au réel, donc à tout argument factuel et à toute discussion rationnelle. La croyance que le dialogue résout tous les conflits nous vient, me semble-t-il, de ce bon Socrate. Elle était peut-être justifiée en son temps, mais Socrate n’a jamais eu en face de lui un antiraciste, un militant pacifiste, un communiste, une féministe ni un électeur de Mélenchon ou d’Hillary Clinton, qui sont une seule et même chose, un seul et même archétype : l’imbécile, éventuellement savant, éventuellement à gros QI, aveuglé par ses bonnes intentions épuratrices. Tiens, ce serait un bon sujet de philo, ça : les sophistes étaient-ils des idéologues ? Avis aux spécialistes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va attendre Marco Polo…

      Supprimer
    2. Eh, c'est les vacances, là !

      Supprimer
  3. Lee, militairement considéré comme le Nivelle américain, puis hostile au droit de vote des esclaves libérés, un personnage "remarquable "?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Élie, vous devriez vraiment arrêter Wikipedia, sur les sujets dont vous n'entendez rien.

      Supprimer
    2. Sur le droit de vote, c'est juste du bon sens. Naître dans un pays ne fait pas de vous un citoyen de ce pays. Pour cela il faut avoir fait siennes sa culture, ses traditions, sa langue, son histoire. Quand on voit la pratique de l'anglais états-unien par les afro-américains contemporains, on ne peut que douter de leur citoyenneté. Ah ça pour la pleurnicherie victimaire il y a du monde, pour le reste, à part leur apport à la culture americaine via les gangs de dealers et le rap, je ne vois rien.

      Supprimer
    3. Par curiosité, je suis allé voir sur Wikipedia dont le portrait de Lee me parait assez juste.En tout cas pas de nature à alimenter la charge d'Elie Arié. Alors, où diable êtes vous allé chercher vos infos ? Il est vrai qu'il a été au début hostile au droit de vote des Noirs qu'il ne jugeait pas encore assez éduqués et probables victimes de démagos. Mais il était pour l'abolition de l'esclavage. Entre Grant, le pochtron corrompu et Lee, l'homme d'honneur, mon choix est vite fait.

      Supprimer
    4. Cela dit, je crois que Grant valait mieux que le portrait lapidaire que vous en brossez.

      Supprimer
    5. @Koltchak91120

      Il est certain que les Britanniques, puis les immigrants du monde entier et de cultures , de traditions,de langues et d'histoires les plus différentes sont venus en Amérique, ils n'ont eu comme premier souci que de faire leurs les cultures, les traditions, les langues et l'histoire des Indiens qui l'habitaient- tout comme les Romains qui envahirent la Gaule.

      Pour les esclaves noirs affranchis, ce fut un peu plus difficile, car leur immigration fut forcée et non choisie, et qu'il était interdit (tant qu'ils étaient esclaves) de leur enseigner à lire et à écrire; mais leur intégration était déjà plus avancée que celle de certaines communautés (notamment asiatiques ou juives) dont certains membres ne parlent toujours pas anglais.

      La grande différence entre les Américains et nous, c'est que la majorité d'entre eux ne semble nullement effrayée à l'idée que la majorité des Américains seront bientôt des Latinos.





      Supprimer
  4. Et en plus, c'est TOUT FAUX, le "vilain nazi" n'a pas essayé de venger l'honneur des Sudistes mais SA VOITURE A ETE ATTAQUEE à coup de batte de baseball, il paniqué et il a fonçé dans le tas.
    (mais ça semble pas non plus être une lumière...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un affrontement entre crânes rasés à croix gammées et gauchistes rabiques, il ne faut pas s'attendre à trouver beaucoup de lumières…

      Supprimer
    2. D'après les illuminés complotistes de la droite américaine, il parait que c'était un "antifa" qui aurait manœuvré pour faire mettre tout sur le dos des pacifiques nazis.

      Supprimer
  5. Heureusement qu'il restera toujours le rire :

    https://www.youtube.com/watch?v=glt4SykkzF8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon Dieu qu'ils étaient mauvais, ces deux-là…

      Supprimer
    2. Leur duo a duré trente ans ! Vous croyez qu'on peut en conclure que je n'étais pas la seule à les avoir trouvés drôles, ou bien ?
      Il est vrai que lors de notre jeunesse pas folle, nous n'étions pas difficiles. Tandis que ceux qui se piqueraient un temps de refaire le monde, étaient encore sous la mère !

      Supprimer
    3. La durée n'est pas forcément synonyme de qualité : regardez Mitterrand…

      Supprimer
    4. Je vous trouve un peu sévère M. Goux.
      Certes, le sketch vers lequel Mildred a tenté de faire un lien montre une mise en scène datée et des dialogues un peu simplistes, mais l'idée est amusante.
      En tous les cas c'est bien plus drôle que ce que l'on entend actuellement de la part d'humoristes auto-proclamés qui ne parlent que d'eux-mêmes.

      Supprimer
    5. @ Alain Bar

      Je vous suis très reconnaissante, et pour l'activation du lien, et pour le constat que l'idée était amusante.
      Quant aux humoristes auto-proclamés dont vous parlez, j'espère pour lui, que Didier s'en délecte, quant à moi, je n'en regarde ni n'écoute aucun !

      Supprimer
  6. Je m'en fous. Les fillettes comme moi picolent au comptoir. Pas en terrasse. Ca fait limite tafiole et je me demande pourquoi les militants anti homophobie n'interviennent pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le comptoir est toujours plus viril qu'une terrasse, même avec une grenadine posée sur le comptoir.

      Supprimer
  7. C'est assez navrant, cette crise de manichéisme primaire, refus infantile de la complexité de l'Histoire.

    RépondreSupprimer
  8. Si je me trompe pas, la suite s'intitule «Jacques ou La soumission; L'avenir est dans les oeufs».
    A la toute fin, les rhinocéros cèdent à la puissance du désir sexuel et acceptent d'aller de couver des oeufs.

    RépondreSupprimer
  9. Et la troisième, celle qui jouait la garce à la TV, comment elle s'appelait déjà? Ma mémoire!

    RépondreSupprimer
  10. J'attends avec impatience le moment où ces zombies incultes découvriront que Georges Washington, jusqu'à sa mort, possédait des esclaves.

    Un petit dynamitage du Mont Rushmore, "à la Bâmiyân", n'est pas à exclure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si, en plus, on leur apprend que le général Lee avait affranchi les siens avant même le début de la guerre de Sécession, alors là, ils vont péter une coche, comme on dit au Québec.

      Supprimer
    2. @ waa

      Et Jefferson aussi, ce qui est plus intéressant.

      Supprimer
    3. Et après le Mont Rushmore (on y arrive, c'est dans les tuyaux), faudra voir à me raser ces pyramides égyptiennes.

      Ce sont des esclaves qui ont fait le taff, après tout.

      Supprimer
    4. @ waa

      Non, pas du tout; ce sont les paysans égyptiens qui n'avaient rien à faire pendant tous les mois de la crue du Nil.

      Supprimer
    5. Et qui, en outre, étaient des tire-au-flanc, ayant tendance à en faire de moins en moins, comme le montre bien la forme même des édifices en question.

      Supprimer
    6. @Elie Arié
      Vous semblez être plutôt imperméable au second degré.
      Remplacez les pyramides par la Grande Muraille, le Taj-Mahal, voir la Maison Blanche, et vous aurez le sens général de ma remarque.

      @Master Goux
      Chapeau (pointu), Maitre.
      Très grand sens de l'observation, total respect

      Supprimer
  11. Cretinus Alpestris17 août 2017 à 10:34

    Avis aux rhinos: Martin Luther King était contre le mariage gay.

    Sa statue est à Austin, Texas.

    De rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez de tout compliquer comme ça ! Vous voulez qu'on se retrouve avec un burn out généralisé chez nos amis progressistes, c'est ça ?

      Supprimer
    2. J'ai même entendu dire qu'il ne partageait pas équitablement les tâches ménagères ni ne mangeait ses cinq fruits et légumes par jour.

      Supprimer
    3. Cretinus Alpestris17 août 2017 à 13:56

      Ils ne veulent pas l'égalité. Ils exigent la simplicité.

      Supprimer
  12. « Vous devez prendre soin des migrants mais en petit nombre. »
    Dalaï Lama. Ca peut servir pendant le dîner.

    RépondreSupprimer
  13. Ah qu'il fait bon venir chez vous, Didier.
    Des commentaires rafraichissants, vos réponses qui me font toujours rire.
    Et tout ça pour quelque chose qui ne l'est pas du tout, la bêtise renouvelée jour après jour de nos médias !

    RépondreSupprimer
  14. Cretinus Alpestris18 août 2017 à 14:56

    Et à Barcelone ? C'est un problème de statues ? De pizzeria avec terrasse ? D'étroitesse de trottoir ? De carence en service public ? De réchauffement climatique ? De discrimination à l'embauche ? De colonisation sud-américaine ? Des précolombiens intégristes ?

    J'espère que les rhinos auront une explication.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, là ce sont les perturbateurs endocriniens qui font baisser le cui.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.