lundi 8 janvier 2018

La baleine blanche et le briseur de barrages


C'est une chose curieuse, que ces blocages que l'on peut faire sur certains livres. Dans mon cas, il s'agit toujours de romans ; et pas de ceux qui m'arrivent vierges de toute réputation ou presque : ceux-là, s'ils me rebutent, je les abandonne sans le moindre regret après quelques dizaines de pages, parfois un peu davantage, et en général n'y reviens plus. Non, je parle de ces ouvrages qui s'avancent tout auréolés d'une réputation plus que flatteuse, œuvres consacrées par les siècles qu'on ne peut se dispenser d'avoir lues, qu'on est tenu d'aimer, etc. Quand l'un d'eux me repousse, se ferme, j'ai tendance, je crois, à prendre cette fin de non-recevoir comme un affront ; ou une provocation teintée d'ironie plutôt condescendante (« Allons, ne fais pas cette tête-là : tu auras peut-être plus de chance avec moi la prochaine fois, qui sait ? »). De fait, en général, je m'obstine. Et c'est pour m'apercevoir que ce que j'ai nommé “blocage” se comporte en fait plutôt comme un barrage hydraulique. Durant des années je patauge du côté du réservoir ; trois, quatre, cinq fois, je reviens buter contre le mur de béton convexe sans parvenir à trouver le sas qui me permettrait, l'empruntant, d'aller ensuite descendre sans effort le tranquille cours d'eau qui chantonne derrière.

Et puis, un jour, “ça passe”. Parfois avec difficultés et sans grand agrément. Ainsi, il y a cinq ou six ans, peut-être dix, je suis enfin venu à bout de Sous le volcan de Malcolm Lowry ; mais ce fut sans plaisir, par le seul jeu de la volonté, en me demandant jusqu'à la dernière page ce que je foutais là. D'autres fois, c'est nettement plus gratifiant. Ainsi de l'Ulysse de Joyce, abordé sept fois et six fois abandonné avant la centième page. La septième tentative fut la bonne et j'y pris un réel plaisir. Mais il faut dire que, peu avant, durant l'escale qu'il fit chez nous à son retour du Québec, Ygor Yanka, par sa persuasion enthousiaste, m'avait habilement ouvert deux ou trois vannes de ce barrage-là, ce qui m'a évidemment facilité la nage.

Dans certains cas, la chose est si nette et si soudaine que j'ai plutôt l'impression que, sans que j'y aie auparavant repéré la moindre faille, c'est le barrage tout entier qui cède d'un coup. C'est ce qui est en train de se produire avec Moby Dick, que je tente vainement de lire depuis trente ou quarante ans (je n'essaie pas tous les matins, évidemment…), sans jamais être parvenu à dépasser la première cinquantaine de pages. Je ne saurais même pas dire pourquoi j'ai repiqué au truc avant-hier en fin de journée, au sortir de Balzac. Eh bien, non seulement, des sept cents et quelques pages du roman je m'apprête à franchir le cap de Bonne-Espérance (le passage du premier au second tome), mais je me demande comment j'ai pu être arrêté par ce livre durant autant d'années. Du coup, tout fiérot de cette victoire, j'ai ressorti de son étagère le Nostromo de Conrad (barrage particulièrement solide aussi) ; et, si l'état de grâce se prolonge avec lui, je bifurquerai du côté de chez Faulkner, dont les romans, jusqu'à présent, ne m'ont jamais été qu'un archipel de barrages, si je puis dire. Si tout se passe bien, je devrais finir, un de ces jours, par mourir en haute mer.

22 commentaires:

  1. Encore un petit effort et je sens que Philip Roth va faire son entrée en grâce, tout auréolé de la gloire nouvelle que vous voudrez bien lui accorder ! J'ose à peine imaginer sa joie intense ainsi que celle de ses quelques admirateurs dispersés de par le monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que Roth a suffisamment d'admirateurs de par le monde pour ne pas trop attendre après moi. Ou alors, très sereinement.

      Supprimer
  2. Vous êtes comme le moine qui persévère jour et nuit dans ses lectures, sans jamais se laisser détourner de sa pieuse recherche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un moine, moi ? Ah, s'il vous plaît, ne le prenez pas sur ce ton sûr !

      Supprimer
    2. Moine littéraire plein d'humour et bien entendu, épicurien !

      Supprimer
    3. Un moine gyrovague alors !

      Luc

      Supprimer
  3. Même problème pour Ulysse,mais je n'ai jamais trouvé l'âme chabitable qui m'en ouvrirait les clés; et aussi pour La Condition Humaine de Malraun, que j'ai abandonné 4 ou 5 fois, avant de dépasser la 50 ème page, jusqu'au jour ou j'ai plongé dedans et lu d'une traite sans pouvoir le lâcher...Lacune plus grave : Stendhal: rien à faire, et pourtant on ne peut pas avoir raison contre tout le monde. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute qu'il n'est pas question d'avoir raison ou tort : Stendhal ne vous convient pas, épicétou…

      Supprimer
  4. Autre blocage incompréhensible : les Zig et Puce, alors que je dévorais Bicot, Les pieds nickelés et Bibi Fricotin. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, je reconnais que c'est beaucoup plus grave !

      (Et vous ne devriez pas vous vanter d'avoir aimé un truc qui s'appelle Bicot…)

      Supprimer
  5. Si on ajoute vos efforts pour écouter Boulez, c'est vrai que vous aurez beaucoup souffert pour la cause...

    RépondreSupprimer
  6. Nabokov tenait "Ada ou l'ardeur" pour son chef-d'oeuvre.
    Si une personne charitable qui aurait lu ce livre en entier
    pouvait m'expliquer ses plaisirs de lecture je lui en serais reconnaissant.

    RépondreSupprimer
  7. Le jardin au sentier qui bifurquent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. err. : le jardin aux sentiers qui bifurquent.

      Supprimer
  8. C'est bien beau la littérature et la chansonnette alors ? On ne parle pas de Suzy et pourtant, avec son tralala, elle vient de franchir le mur des 100 ans, c'est pas rien tout de même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais été tentée de répondre : Suzy Susley, mais contrairement à Gaby Morlay, je crois que Suzy Susley n'existe pas. Il doit donc s'agir de Suzy Delair !
      Vous le grand amateur de films français en noir et blanc, vous seriez passé à côté de "Quai des Orfèvres" ?

      Supprimer
  9. Réponses
    1. ...Qui a eu 100 ans le 31 décembre dernier ; curieuX, on en parle beaucoup moins que de Danièle Darrieux.

      Supprimer
  10. "Nostromo", mon tout premier Conrad, je le relirai avec plaisir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.